Article

Gérer les comportements d’oppositions de mon enfant

210

Il est important de comprendre que l’opposition est un comportement de refus d’obtempérer de l’enfant qui est entrainé par des émotions négatives vécues par ce dernier. Qu’un enfant refuse de collaborer ou encore s’oppose à une demande faite par le parent est un processus normal d’individuation. C’est-à-dire qu’à travers ses refus, l’enfant tente de se découvrir, de se comprendre et de se définir.

Il est facile de reconnaitre ce processus d’opposition chez l’enfant de deux ans d’où l’appellation populaire du « terrible two». Toutefois, ce ne sera pas la première ni la dernière fois que le parent sera confronté à un refus de la part de sa progéniture. En effet, le processus d’individuation se poursuit jusqu’à la fin de l’adolescence et donc les comportements d’opposition peuvent persister au-delà de la petite enfance.

Face aux comportements d’opposition de son enfant, un parent peut se sentir rapidement impuissant surtout lorsque l’enfant refuse de suivre des consignes visant à le protéger ou à lui éviter des ennuis. Ce sentiment d’impuissance peut même se transformer en colère, car le parent s’attend à une attitude de collaboration de l’enfant en retour de ses soins et de ses attentions.

Voici quelques trucs pour vous aider à gérer l’opposition de votre enfant.

1- Développer votre compréhension empathique

Le comportement d’opposition de l’enfant est l’expression extérieure de ce qu’il vit intérieurement. Ouvrez-vous à son monde intérieur. Tentez de nommer les émotions que vous croyez qu’il vit. Tentez de décoder ses pensées à travers son langage.

Pour vous aider à trouver les mots et l’aider à en mettre je vous suggère deux outils fort pertinents :

  1. les affiches émotions qui permettront autant à votre enfant qu’à vous-même de lire les expressions faciales et de mettre des mots sur ce que vit l’enfant.

  2. les cartes émotions qui vous permettront d’identifier les types de pensées derrière chacune des familles d’émotions.

2- Renforcer l’image de soi de votre enfant

Aider-le à découvrir ses forces, ses talents, ses goûts. Parler lui de ses qualités, de ce que vous appréciez de lui. Jouer avec lui. Aménager des moments et des espaces privilégiés avec lui.

3- Clarifier les attentes et mettre des limites claires

Tenter le plus possible de préciser les règles du jeu avant que les situations d’opposition se présentent. Parlez de ce que vous vous attendez de voir plutôt que de ce que vous ne voulez pas voir. Expliquez les objectifs des règles ou de vos attentes. Préparez-vous à ce que votre enfant refuse et prévoyez des conséquences réalistes et applicables lorsqu’il y aura un refus d’obtempérer.

4- Discipliner avec ferme-bonté

Votre enfant s’oppose, vous aviez clarifié vos attentes et vous avez prévenu des conséquences, donnez alors un seul et unique avertissement à votre enfant en nommant le comportement attendu et la conséquence. L’avertissement doit être court et précis. Ex.:« Je te rappelle que ma demande est que tu ranges tes jouets, tu sais que si ce n’est pas fait avant notre départ, à notre retour, je confisque pour deux jours les jouets qui seront restés sur le sol. » Si le refus persiste, n’argumentez pas, ne discutez pas, agissez. Avec le temps, l’enfant comprendra qu’il subira les conséquences à ses actes et cherchera à les éviter.

5- Apaiser les tensions

Quand il y a de l’opposition, il est probable que la tension monte. Il est important d’apprendre à identifier votre état d’agitation intérieure et à prendre du recul. Il est essentiel d’éviter de nourrir l’opposition par l’argumentation. N’entrez pas dans le piège. Changez de pièce, prenez de grandes respirations et répétez-vous le mot calme à l’intérieur...

Pour vous aider à mieux gérer la colère, je vous suggère le kit d’affiches Dompter votre colère qui vous guideront, pas à pas. La meilleure façon d’éduquer c’est d’être vous-même modèle pour votre enfant!

 

Conclusion

Je vous invite à tenter d’appliquer ces trucs au quotidien pendant quelques semaines. Rassurez-vous si vous éprouvez de la difficulté, ces trucs requièrent l’acquisition de plusieurs compétences émotionnelles et des habiletés en communication interpersonnelle et ces savoir-faire ne sont pas innés. La bonne nouvelle est que ces compétences se développent avec un support et des exercices appropriés. N’hésitez donc surtout pas à me contacter pour avoir du coaching spécialisé dans le développement de compétences émotionnelles.

 

Mélanie Trudel
Coach spécialisé dans le développement
de l'intelligence émotionnelle

Commentaires (0)

Aucun commentaire en ce moment
Seuls les clients enregistrés et connectés peuvent laisser des commentaires

SOYEZ LE PREMIER À SAVOIR

Obtenez toutes les dernières informations sur les événements, les rabais et nos offres. Inscrivez-vous à notre lettre d'informations dès maintenant.

Derniers Articles

Quand s’arrête-t-on pour méditer sur notre relation avec nos enfants? Pour nombreux parents, pour ne pas...

Lire la suite

Il est important de comprendre que l’opposition est un comportement de refus d’obtempérer de l’enfant...

Lire la suite

Meilleurs vendeurs

  • Charte des tâches selon l’âge
    Charte des tâches selon l’âge
    $0.00
  • Programme de développement de l’intelligence émotionnelle – Savez-vous planter des choux ?
    Programme de développement de l’intelligence émotionnelle – Savez-vous planter des choux ?
    $0.00
  • Les cahiers de Phil – Le secret des émotions
    Les cahiers de Phil – Le secret des émotions
    $3.95
  • les effets du stress sur mon corps
    les effets du stress sur mon corps
    $1.95